Vous avez peut être déjà vu cette vidéo de l’équipage de Franck Cammas qui commente sa participation avec BMW Oracle qui prépare le duel contre Alinghi dans la prochaine Coupe de l’America. Cette vidéo m’a particulièrement intéressé car ils parlent du gros apport des techniques de mesure et d’analyse provenant de la Coupe de l’America. Comme c’est mon domaine, je vais vous faire un petit tour des technologies utilisées (je ne suis plus sous aucun contrat de confidentialité alors j’en profite…).

Sailvision

Le reportage débute par quelques images sur le système dit de sailvision.

On apprend que les américains ont équipés le trimaran de 9 caméras. Elles sont en général placé dans la haut du mat pour ne pas être perturbé par le soleil comme sur l’image ci-dessous. Mais on voit également qu’ils disposent de caméras sur le pont comme sur l’image ci-dessus.

J’imagine qu’il y a au moins 6 caméras dans le mat (2GV, 2 génois, 2 gennakers) plus 3 caméras supplémentaires pour visualiser les profils du bas (une au centre et deux proches des flotteurs). La Sailvision est un système qui essaye de reconnaitre des bandes dans les voiles pour ensuite tenter de reconstruire le profil en 3D. Les bandes doivent donc être nettement visible. Dans le cas de BMW Oracle il s’agit de bande noir et blanche mais on peut aussi avoir des bandes de couleur comme le orange pour Alinghi et Victory Challenge ou du vert pour Team New Zealand. Ces bandes sont plus ou moins épaisses en fonction de la position de la caméra. Par exemple dans le cas de caméra en tête de mat les bandes sont plus épaisses sur le bas car plus loin de l’objectif.

On remarque également sur l’image ci-dessus la présence d’un rectangle orange le long du guindant sur la bande de visualisation. Il sert à l’algorithme de reconnaissance pour trouver le début de la bande. On retrouve également ce genre de repère sur le pont comme sur la photo ci-dessous. Ils servent à repérer le centre du bateau afin de se répérer avec des valeurs fixes et par exemple calculer le vrillage du profil.

On remarquera que le orange est utilisé parcequ’il est très visible mais malheureusement pas seulement pour la sailvision mais aussi pour la sécurité. Groupama 2 est truffé de orange. D’ailleurs j’ai remarqué sur les dernières images qu’il n’y avait plus qu’une seule bande dans la grand voile.

Electronique

L’équipe américaine est également arrivé sur Groupama 2 avec sa propre centrale de navigation comme nous le révèle Bruno Laurent. Sur Groupama 2 comme sur beaucoup de voilier de course la centrale de navigation est un WTP, produit de B&G. BMW Oracle était également équipé de ce système pendant la dernière Coupe de l’America. Avec l’embauche d’une bonne partie de l’équipe de Luna Rossa, ils sont passés sur une centrale beaucoup plus moderne appelé Racing Bravo. Cette centrale utilise des technologies provenant de l’automobile comme par exemple des Can Bus qui permettent de brancher une multitude de capteur à des fréquences très élevées. La comparaison de ces deux systèmes (WTP et RB) a déjà faite par de nombreuses équipes de la Coupe de l’America, et il est intéressant de voir arriver ce système sur multicoque.

Le gros plus avantages de ces centrales par rapport à ceux rencontrés sur la plupart des voiliers est le calcul du vent. Il est ici particulièrement fiable car il prend en compte de nombreux paramètres comme la gîte et l’accélération du voilier tout en éliminant le bruit. La problèmatique du calcul du vent est encore plus difficile sur un multicoque disposant d’un mal aile rotatif et basculant. On remarque aussi sur la photo de la tête de mat une grosse boite qui pourrait par exemple être une centrale inertielle.

Centrale inertielle Octan

Une centrale inertielle mesure très présicèment les mouvements dans tous les axes bien sur. Un joli joujou. Il y a probablement pas mal d’autres capteurs installés genre des jauges de contraintes pour expliquer les problèmes rencontrés par le grand frère Groupama 3 au large de la Nouvelle Zélande. Je sens que cela les stress un peu, non ?.

Analyse

Maintenant il faut bien utiliser ces centaines de données parceque sinon les mecs avec leurs gros muscles ils vont vraiment se demander à quoi ça sert tout ce merdier… Sur l’eau on s’en sert pour les afficher sur tout plein d’écrans et éventuellement le relier à un système anti chavirement (ça peut servir messieur d’Alinghi…). Le navigateur dispose également des données à travers son logiciel de navigation favori comme Max Sea, Deckman ou expédition mais de cela j’en parlerai dans un autre billet (il est déjà un peu trop long). On peut aussi avoir des informations spécifiques comme pour les profils des voiles ou alors ceux de l’adversaire en speed test par télémétrie.

Le PDA de JPS à l’action sur Groupama

Du temps réel, j’en reparlerais. Mais dans une équipe de la Coupe de l’America où il y a autant de monde à terre il faut bien les occuper avec plein plein de jolis graphiques. Tout le monde en veux du graphique:

  • les performeurs et leurs polaires à gogo
  • Le tactitien pour connaitre le temps et les angles de virement
  • Les règleurs pour la forme de leurs voiles
  • Le design team pour mesurer les charges dans tel conditions
  • Le mec du mat le vrillage de son tube
  • L’electronique qui en repasse toujours une couche pour être sur (calibration oh calibration !)
  • ….

Des graphiques j’en veux !

Enfin plein de truc super utile. Autant il existe peu de logiciel de nav, autant pour l’analyse il y en a autant que d’équipe. Il y a bien sur le grand MS Excel suivi de prés par Matlab, et une multitude de soft spécifique branchés sur autant de base de donnée qu’il existe sur le marché(encore que pour BMW Oracle, je crois bien que j’ai une idée…). Au vu des images des salles de débreifing il n’y a pas grand chose qui défrise… Oh Excel soit grand !.

Je plaisante mais on peut vraiment faire de belles choses. J’aurais du mal à dire le contraire c’est mon taff. . . Promis dans un autre billet je vous montre ce que l’on peut faire au niveau performance. Et puis si vous êtes gentil je tenterais de vous décrire à quoi va ressembler la tactique du prochain duel en multicoque.

Groupama et Banque Populaire en match racing – Crédit Gilles Martin Raget

Les entrainements joint de Groupama et Banque Populaire ont débuté et Gilles Martin Raget a réalisé de magnifiques photos à découvrir sur le site de BMW Oracle. J’espère que nous aurons également quelques vidéos. Je vous invite à lire également une tranche de vie de l’installation américaine à Lorient dans cette article de Kavadenn : La démesure.

La question du moment est de savoir si Franck Cammas sera à la barre du multicoque de 90 pieds des américains. Si c’est en Juillet prochain il sera indisponible pour cause de transat Québec St Malo mais en Octobre il ne dit pas non. Cool !.

14 réponses à “Leçon d’espionnage – Instrumentation et analyse”
  1. Jreg dit :

    Ton blog est vraiment passionnant! Je t’assure qu’on sera super sage pour avoir la suite!

  2. Tiketitan dit :

    Concernant les disponibilités de Cammas même si la coupe se déroule en juillet ca pourrait etre bon, c’est le seul inscrit en ORMA et les deux concurrents en état de naviguer n’ont pas la transat à leur programme, je doute qu’il fasse une transatlantique si il est le seul concurrent de la classe ORMA…

  3. Jo dit :

    un gros paquet de photo telechargeable de l’événement ici : source SA : http://www.bmor-photo.com/aff_rech….

  4. yoyo dit :

    Très intéressant ce billet Mathieu.

    Est-ce que tu sais si on trouve des systèmes qui utilisent du LabView et/ou des matériels National Instruments sur certains bateaux ?

  5. baptiste dit :

    Super post, je découvre pleins de choses intéressantes..

  6. trebormat dit :

    Je suis vraiment content que ce billet vous plaise car c’est pour ce genre de post que je fais ce blog. Donc cool.

    Sinon pour LabView et National Instrument je n’ai jamais vu ça dans les équipes auxquels j’ai participé, c’est à direla moitié des équipes de la dernières campagnes. Mais je dois avouer que c’est des outils très intéressant.

    Je ferais probablement un billet plus complet sur l’électronique c’est à dire les centrales de nav et le hardware. Je recherche d’ailleurs des compétences mais j’en dirais plus un peu plus tard.

  7. remi dit :

    bravo, il est cool ton blog

  8. gouyou 29 dit :

    Merci beaucoup pour ces informations intéressantes.

    Mais quand on parle de jauges de contraintes, à part le gréement ou l’exploitation et la lecture des données est je pense assez directe, qu’en est il vraiement sur l’exploitation des résultats concernants les jauges de coque / structure et leur corrélation avec les différentes phases de nav ? pour avoir parlé avec des équipes Imoca sur ce sujet il y a 2 ans, il y avait beaucoup d’acquisition mais c’était pas forcement exploité.

    si tu quelqu’un en sait un peu plus merci par avance

    mathieu, j’ai hate de lire la suite

  9. Fred dit :

    Article très intéressant. A signaler la technologie SlideinMotion développée par ICONOCAST (www.iconocast.fr) qui permet de visualiser beaucoup de données complexes en 3D ainsi que de superposer des données à des objets 3D. Ce serait peut être intéressant pour synthétiser en quelques graphiques toutes les données produites par les nombreux capteurs du voilier ?

  10. trebormat dit :

    Et oui en effet comme j’ai essayé de le souligner avec un peu d’humour c’est très bien de mesurer plein de choses mais encore faut t’il les mesurer. Je ne suis pas étonné que en Imoca on n’est pas le temps d’exploiter les données, personnellement je milite pour un maximum d’analyse temps réel avec un échange rapide entre designer et performer (barreur, régleur). Il est clair que les moyens sur la Coupe n’ont rien à voir tant en terme humain que financier. On utilise donc des outils évoluées pour pouvoir traiter ces masses énormes de données afin qu’elles ne tombent pas dans les oubliettes. C’est une grosse part de mon travail et vous aurez probablement un autre billet uniquement sur ce théme même si je ne veux pas trop en dévoilé…

  11. trebormat dit :

    Alors Polux on produit des images et puis on compte sur moi pour la promotion… Pour l’instant c’est gratuit mais bon…

  12. bobby dit :

    tu as raison mat ; et en plus, c’est plus proche de la propagande que de l’info !!!!!!

  13. fabsweb dit :

    Passionnant. GRAND merci. J’attends avec impatience l’article sur la tactique du match race en multi.

    Cdls.

  14.  
Répondre


Creative Commons License
Blog Tribord Amure par Matthieu by Matthieu ROBERT est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.