Posts Tagged “Valencia”

Qui l’eut cru, le defender américain, a décidé de courir la prochaine Coupe de l’America en catamaran avec une voile-aile rigide. L’annonce officielle est prévue pour mardi 31 Aout mais le site de Voiles et Voiliers qui a décidé de le dévoiler dès vendredi dernier. Cette nouvelle est fabuleuse, même si elle semble laisser de froid les sites anglo saxon. Elle bouleverse le milieu comme jamais une jauge ne l’a permis. Cette décision pose les bases à de nombreuses questions et ils auraient été dommage que mon blog ne soit pas à nouveau le lieu de discussion enflammé. C’est parti !.

Que nous apprend l’article de Loïc Le Bras sur le site de Voiles et Voiliers:

La 34e édition de la Coupe de l’America se disputera sur des catamarans de 72 pieds (22 mètres) dotés d’ailes rigides, très certainement en 2014 à San Francisco.
Outre l’aile rigide, les moteurs seront autorisés pour relever les appendices, l’équipage devrait se limiter à une douzaine de personnes et l’objectif est d’atteindre 1,2 fois la vitesse du vent au près et 1,6 fois au portant. Pour mémoire, USA-17, le trimaran de 27 mètres avec son aile de 72 mètres, atteignait dans certaines conditions plus de trois fois la vitesse du vent à Valence en février dernier.
En résumé, ces futurs catas devraient ressembler à de grands Extreme 40 dotés d’ailes

Une vraie information ou une rumeur ?

Il y a peu de raison de douter de cette info tant l’insistance de l’équipe à être présente sur les circuits des catamarans a été importante pendant cette période estivale. En même temps que l’annulation de l’épreuve de Louis Vuitton Trophy de Hong Kong et le désistement de nombreux concurrent, Russell Coutts (directeur de BMW Oracle Racing) était présent à Cowes sur le circuit de cata Extreme 40. De plus Russell a confirmé l’information lors d’une interview à un média néozélandais (TVNZ). Et bien sur ces soupçons ont été confirmé par la présence sur la petite Coupe de l’America à Newport de nombreux membres du defender. En particulier James Spithill, le barreur aviateur de USA 17, qui navigue avec Glenn Asby. Par contre ces deux champions échouent en final contre le defender canadiens Canaan mené par Fred Eaton et Magnus Clarke. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les catas Class C à aile rigide, donc similaire à la prochaine jauge, c’est le Canada qui domine avec la victoire mais aussi trois concurrents sur 6. Le Canada, futur grande nation de la Coupe de l’America ?.

le Class C, la petite America’s Cup dans la grande

Pourquoi ce choix ?

Loïc veut croire que c’est l’attractivé du catamaran après le show médiatique de Valencia avec le comparatif entre le Extreme 40 et le RC 44 (voir mon billet précédent) qui les a décidé. Tout comme les réunions avec les discussions avec les architectes étJ’en doute car je suis persuadé qu’ils avaient déjà fait leur choix quand ils ont recruté leur équipe fin juin avec en particulier tout le design team de l’aile. Qu’est ce que vous en pensez ? Est ce que les images ci-dessous permettent de trancher définitivement sur le choix du support ?.

Il est plus probable, comme le remarque le journaliste de V&V, que l’avantage technologique qu’a acquis de BMW Oracle Racing en travaillant sur l’aile pendant presque deux ans, a été primordiale dans le choix. Qui s’en plaindra, le defender n’a qu’un but dans la vie, conserver l’ America’s Cup quitte à édicter des règles plus ou plus moins équitable…

Une nouvelle aire fabuleuse

J’ai rencontré peu de monde dans le milieu de la Coupe de l’America qui pensaient à l’alternative du multicoque. Nous pensions tous que les lobby anglo saxon orthodoxe du monocoque aurait raison de l’enthousiasme soulevé les technologies sur la 33ème America’s Cup. L’abandon du tornado aux Jeux Olympiques étaient particulièrement décourageant. Larry Ellison, quatrième fortune mondiale, n’a donc pas faibli. Russell Coutts en plus de marquer l’épreuve par ces 6 victoires sera l’homme qui a permis à la Coupe de l’America de rentrer dans une nouvelle aire.

Car c’est bien de ça dont nous parlons aujourd’hui. Il s’agit d’une révolution dans le milieu où nombreux sont ceux qui ne vont pas si retrouver. Il y a bien sur le clivage entre monocoque et multicoque. La plupart des membres des anciennes équipes n’ont pas d’expérience du multi. Le passage au trimaran chez BMW Oracle Racing a été particulièrement douloureux pour certain. Le nombre de coque n’est pas la seule différence, il ne faut pas oublier qu’il faut revoir tous les schémas tactiques quand on dispose un voilier allant plus d’une fois et demi la vitesse du vent. Que dire des match racers habitués à utiliser des engins capables de tourner sur place. Vous vous souvenez du premier départ de la dernière Coupe de l’America à Valencia avec USA 17 arrêté après une tentative de dial up ?. Est ce que les match racers seront en mesure de s’adapter comme James Spithill ou une nouvelle génération va arriver ?.

USA Class C

Petite Coupe de l’America en Class C, photo Christophe Launay

Mais je crois que le plus prégnant est l’introduction de la voile rigide. Les voiliers vont devoir changer de métier. Le monopole de North Sail (et sa mafia) c’est bien fini. Nous ne connaissons aucun détail de la jauge concernant l’aile mais c’est un nouveau défi pour le defender. Est ce que BMW Oracle Racing va fournir une kit de développement ?. Est ce qu’ils vont proposé une sorte de monotypie ?. Je suis content que le Mod70, évoqué un moment, ait été écarté; cette jauge est vraiment trop fermé. C’est un tue l’amour technologique (beurk !). J’espère qu’ils ne seront pas tenté par la standardisation dans aucun domaine. Les défis technologiques sont trop enthousiasmant pour le tuer dès maintenant même au profit d’une quelconque équité sportif ou limitation des couts.

Une chance pour les français ?

Les français courent après la Coupe de l’America depuis de nombreuses années mais sans vraiment l’atteindre. Bien sur je n’oublie pas Thierry Fouchier était à bord de USA 17 et que nombreux français étaient par exemple derrière les victoires de Alinghi mais aucune équipe sous drapeau tricolore n’a atteint une finale de la Coupe de l’America. Est ce que la nouvelle donne va permettre de modifier ce douloureux bilans ?. On peut l’imaginer puisque nous nous targuons d’être les meilleurs en multicoque. Il est vrai que tant sur le léman sur Decision 35 que en Extreme 40, les marins français sont au avant poste. C’est probablement vrai mais une équipe pour l’ America’s Cup ce n’est pas que des marins et des ingénieurs c’est aussi des managers et des financiers capable de gérer un projet dans un environnement purement anglosaxon. Est ce que ALL4ONE et Aleph sont en mesure de s’adapter ?. Est ce que de nouveaux acteurs vont émerger ?. Est ce que 2014 va permettre à Franck Cammas dans l’aventure ?.

Il Moro Di venezia qui démâte, un signe ?. La fin de l’Italie

Les autres informations

En plus de la disparation du Class America telle que nous les connaissons, il y a eut d’autres informations intéressantes cet été. En premier lieu c’est vraiment la fin pour Louis Vuitton et la WSTA. Qui ira dépenser de l’argent pour une épreuve en monocoque ?. Mark Turner a été pressenti pour l’organisation de la 34 ème Coupe de l’America. C’est l’organisateur du circuit Extreme 40. Ce circuit serait la base pour l’organisation d’épreuve dès l’année prochaine. BMW Oracle Racing aurait acheter deux nouveaux catas. J’ai seulement une petite requête à faire à monsieur Turner: Est ce que c’est possible d’organiser des épreuves qui ressemblent à des régates, avec des vrais parcours sur de vrais plan d’eau ?. En parlant de lieu, selon Bruno Troublé il parait que San Francisco c’est pour la finale mais que les sélections aurait lieu en Europe (Italie ou Valencia ?). Vous y croyiez à cette solution ?

Bref, je suis remonté à fond. Les mois qui viennent vont être intéressant. Les dates à retenir sont les suivantes:
Protocol rule: published by August 31
Design rules: published by September 30
Venue & Year: confirmed by December 31
Challenges accepted: October 1 – January 31, 2011

A vous, je suis sur que vous avez un avis sur tout ça. Passez le mot: tribormat est de retour !

Comments 79 commentaires »

Après la publication d’un brouillon de protocol, voici maintenant un début de réflexion sur le choix du voilier qui va être utilisé pour la prochaine Coupe de l’America. Deux documents ont été publiés: le concept de multicoque et de monocoque. Voici un résumé de ces concepts.

Les objectifs communs aux deux plateformes

  • Haute performance et match serré. C’est à dire des bateaux rapides, bien plus que les AC5 qui ont un range de vitesse entre 10 et 15 noeuds avec variation de vitesse ultra faible. Tout en limitant les risques que les voiliers ne séparent dès la première risée. Il me semble que les duels (match race) restent la base dans le nouveau protocole.
  • Capable de naviguer dans le tout petit temps et le gros. Il faut en finir avec les annulations de match dès que le vent forci trop ou qu’il est trop faiblard. On se souvient de la dernière Louis Vuitton de Valencia où nous commençions à nous interroger sur le choix de Valencia après de multiple annulation.
  • Facile à démonter et à transporter. Le concept d’un circuit à travers le monde est clairement noter dans le protocol.

  • 22 mètres max de longueur, soit 72 pieds pour une réduction des couts.
  • Le multicoque: un gros XTrem 40 avec une aile rigide

  • 1,2 fois la vitesse du vent au prés et1,6 la vitesse du vent au portant. Ce qui reste loin du facteur 3 de USA 17 sur la dernière Coupe de l’America.
  • Déplacement 4 tonnes
  • Appendices mobiles
  • Aile rigide permise. C’est top. Est ce que pour les essais ils vont mettre une aile rigide sur un Xtrem 40.
  • Démontable
  • 12 équipiers.
  • Xtrem 40, le cata d'essai

    Xtrem 40, le cata d’essai

    Le monocoque, un TP72

  • Une fois la vitesse du vent au prés et 1,4 au portant.
  • Combinaison d’appendice autorisé
  • Bout dehors
  • Aucune limite sur la taille du gennaker
  • 13 équipiers
  • RC44 le voilier d'essai pour le monocoque

    RC44 le voilier d’essai pour le monocoque

    La suite

    Le processus de définition a été voulu indépendant. On se souvient qu’ils ont confié à deux experts les travaux initiaux Bruce Nelson and Peter Melvin avec une première réunion en Mai à Valencia devant quelques architectes. Puis ils ont convié l’écriture des règles de classe que nous pouvons lire ici à la fédération américaine (US Sailing) et au magazine Seahorse. Comme annoncé la prochaine étape sont des essais en mer avec le cata Xtrem 40 et le monocoque RC44 en Juillet à Valencia. Le choix sera fait à Valencia en Juillet pour être publié dans le dernier trimestre de 2010.

    En conclusion je dois dire que la démarche au moins médiatique semble franche. Le processus parait relativement indépendant avec l’implication de nombreux acteurs. Par contre effectivement BMW Oracle Racing et Larry Ellison en tête reste le principale décideur. Russell Coutts n’a plus rien à nous montrer sur l’eau et c’est clairement sur cette révolution de la Coupe de l’America qu’il veut inscrire maintenant son nom. Qu’est ce que vous en pensez ?.

    Comments 46 commentaires »

    C’est Richard Gladwell de Sail-World qui l’annonce aujourd’hui, un brouillon de protocole sera publié cette semaine: America’s Cup Protocol scene-setter to be released this week. Un brouillon car il semble que le lieu, la date, et le voilier utilisé ne seront pas dévoilé car ils sont encore en discussion. Selon le journaliste, le protocole devrait nous fournir le mode d’organisation de la future épreuve. Après le conflit judiciaire des deux dernières années les choix de BMW Oracle Racing seront observés avec attention.

    Un organisation indépendante, est ce possible ?

    BMW Oracle Racing est en effet attendu au tournant sur le sujet puisque le protocole était l’une des raisons de la procédure judiciaire entamé en 2007 contre Alinghi (l’autre raison était bien sur de gagner la Coupe de l’America). Nous serons attentif à l’indépendance de la structure organisatrice de l’épreuve. En effet, le reproche fait au defender Suisse était d’avoir choisi un challenger of record fantôche (le CNEV, invalidé par la court de justice) et d’avoir ainsi pu établir des règles sans réel opposition. On se souvient par exemple que le defender avait droit de participer aux épreuves de sélection jusqu’au phase finale ce qui était un avantage non négligeable. Est ce que le challenger of record, le Club Nautico di Roma, sous la direction de Vincenzo Onorato va pouvoir faire entendre sa voix ?. Rien n’est moins sur.

    Il faut se souvenir que depuis une vingtaine d’année, le defender s’est arrogé le droit d’organiser en plus de la Coupe de l’America proprement dite, la sélection du challenger qui va l’affronter. C’est au départ un choix convenu pour améliorer la visibilité de l’épreuve. Depuis 1983 cette sélection est parrainé par Louis Vuitton. Une instance est crée pour représenter et arbitrer les conflits entre les challengers et le defender. L’autorité de cette instance est toute la question du protocole. Plusieurs fois il a été évoqué la possibilité que la WSTA, organisatrice des Louis Vuitton Trophy soit cet autorité. Le problème est que cette association a comme actionnaire majoritaire BMW Oracle Racing. Depuis peu l’entente entre la WSTA et le defender n’est plus aussi bonne. Comment le defender va se sortir de ce piège ?.

    Une des solutions est de laisser les challengers s’organiser un maximum seul. Russell Coutts a évoqué la possibilité de Defender Series, c’est à dire une confrontation des clubs américains pour déterminer le defender final. C’est une très bonne nouvelle.

    La fumée autour du choix du nouveau Class America

    Toutes les bruits et commentaires semblent s’accorder sur le choix d’un monocoque. Russell Coutts parle d’un TP52 aux stéroïdes, c’est à dire une rule box pour un voilier entre 60 à 80 pieds. Ce qui va dans le sens d’un voilier sportivement attractif et à un cout moindre. Par contre c’est beaucoup moins excitant que les AC 90 promis en 2007.
    Pourtant Richard Gladwell nous annonce que des essais (et affrontement) entre le monocoque conçu par Russell Coutts, RC44; et le catamaran Xtrem 40, utilisé sur l’ex circuit IShare, vont avoir lieu du 22 au 26 Juillet prochain à Valencia.

    Est ce que cette affrontement sera encore un non événement comme la présentation de Rome et la réunion des architectes ?. Qu’est ce que vous en pensez ?. Tout indique que les designers de BMW Oracle Racing sont déjà au travail (sous contrat depuis peu) et donc à mon sens ils ont déjà choisi et prenne de l’avance.

    Et si ce n’était pas San Francisco ?

    Pour l’instant San Francisco semble toujours tenir être au top des pronostiques mais il y a d’autres villes sur le coup. En particulier Newport où une partie de l’équipe est attendu début Juillet. Il faut ajouter que les vainqueurs seront à la maison blanche pour être félicité par Obama par la même occasion. Quelqu’un a des infos ?.

    Bref nous attendons avec impatience ce protocole qui selon le journaliste de Sail-World sera publique et donc ouvert à la discussion… On ne va pas se gêner.

    Comments Un commentaire »

    Aujourd’hui BMW Oracle Racing, le détenteur de la Coupe de l’America, présentait à une parterre d’architectes navals sa conception du prochain Class America. Parmi la quinzaine de designers présentss à Valencia il y a avait cinq français: Daniel Andrieu, Juan Kouyoumdjian (Franco Argentin), Vincent Lauriot Prévot (architecte de USA 17), Hervé Devaux, et Bernard Nivelt. J’ai réussi à interviewer Bernard pour qu’il nous fasse un retour sur cette réunion.

    Bernard Nivelt

    Bernard Nivelt

    Pour aller vite voici une retranscription rapide sous forme de texte et je vais essayer de vous mettre en ligne la bande son sous forme de podcast dès que possible.

    Est ce que tu peux tout nous dire ?

    Bernard Nivelt:Oui je n’ai pas du signer d’accord de confidentialité. C’est un peu perturbant par rapport au contexte habituel de la Coupe de l’America. C’était très convivial. Il faut dire qu’il n’y a pas eu de formule exposé

    Comment les membres de cette réunion ont ils été choisi ?. Sachant que presque la moitié des participants sont issus de l’équipe du defender: Russell Coutts, Mike Drummond, Ian Burns, Vincent Lauriot Prévot, Hervé Devaux en autre. En comptant dans le lot Bruce Nelson et Pete Melvin embauchés par Larry Ellison pour travailler sur l’ébauche de la jauge.

    Bernard Nivelt: J’ai reçu une invitation par email. Je sais simplement par Fresh (Ian Burns) qu »ils ont du rejeter une bonne centaine de personnes qui avaient demandé une invitation. Il semble que les participants correspondent aux architectes de la dernière America’s Cup. Pour ma part le fait que j’ai fait du multi et du mono a du jouer. Et j’étais aussi l’architecte du cata Stars and Stripes, vainqueur de l’ America’s Cup en 1988.

    Le déroulement de la réunion ?

    Bernard Nivelt: Nous avons d’abord eu une petite pré étude.
    Une présentation de Pete Melvin sur les multis possibles. Plusieurs simulations, il y avait trois types: 60,70 et 80 pieds avec pour chacun plusieurs ratio longueur largeur, hauteur de mât. Bizarrement celui qui va le mieux fait presque 90 pieds par 90… Il y a une version intermédiaire avec 70 pieds [Mod 70 ?].

    Puis Bruce Nelson sur les monos: une option celle de l’AC90, bateau plus léger plus petit et surtout un tirant d’eau bien plus faible [note de Matthieu, on se souvient que dans le dessin initiale des AC90, un la quille devait être relevable pour pouvoir rentrer dans la darsena de Valencia]. 4m3 dans le cas d’un tirant d’eau fixe pour pouvoir aller presque partout sans système de relevage. Puis une autre option avec une quille basculante avec les VPP correspondant. Pour résumer le plus léger avec une quille basculante était celui qui allait le mieux partout (sic !).Pas de grande surprise.

    Puis une discussion générale sur la philosophie que devrait avoir la règle. L’idée est de trouver des systèmes pour réduire les coûts, de trouver un truc pour que les médias soient très content. Un peu la discussion du comptoir de commerce…

    Mais alors multi ou mono ?

    Bernard Nivelt:Je ne sais pas trop là. Il n’y a pas de fort consensus. Il y a des gens pro multi et des fermements pro mono. Et ceux qui disent que les deux peuvent être bien. Moi je dis que si la Coupe de l’America c’est du match race, il faut du mono. Par contre c’est beaucoup plus intéressant architecturalement de dessiner des multis. Dans le cas du multi, il faudrait imaginer une autre forme de course, pas obligatoirement du match race. Il faut que les voiliers restent aux contacts. Par exemple j’ai proposé des portes au vent arrière, certain disent pourquoi pas et d’autres que c’est une connerie. L’idée étant que les voiliers ne partent pas chacun dans leur coin.
    Vrolik de Alinghi s’est bien amusé avec le cata et n’est pas contre repartir sur un multi. Nous sommes quelques uns à penser que c’est plus amusant de faire un multi. Puis personnellement je me dis qu’il y aurait alors plus de chance d’avoir un syndicat français. Par contre si c’est en multi et que c’est des régates à la con comme la dernière fois ça va tuer le truc.
    Dans leur équipe de BMW Oracle Racing: Mike Drummond pro multi par exemple ou encore Vincent Lauriot Prevot bien sur. Après la coupe, les gens étaient plutôt pro multi puis après le retour en régate, en particulier sur des match races serrés, c’est moins le cas.

    Quelle est le programme pour la suite ? Est ce que vous allez participer aux processus de décision ?.

    Bernard Nivelt:Cette rencontre est terminée. Nous avons eu droit à la visite du trimaran et de l’aile. C’est vraiment sympa.
    Je ne sais pas trop quel était leur objectif. Sentir la tendance pour décider ensuite.
    Ils doivent nous réinviter à la fin du mois après avoir décidé si c’est un mono ou un multi. La conclusion du meeting est que nous reviendrons pour définir les règles.

    A ton avis, est ce que l’on peut imaginer qu’ils ont déjà pris leur décision et qu’ils en profitent pour prendre de l’avance sur le design. On sait par ailleurs qu’ils recrutent à prix d’or en ce moment.

    Bernard Nivelt:Ben ils disent exactement le contraire mais tu peux penser ça aussi. Ils ont énormément travaillé sur le trimaran et probablement déjà réfléchi à recruter les bonnes personnes. Je ne sais pas si les jeux sont fait. Je ne sais pas si ils le savent eux même.

    Merci Bernard.
    Bon alors qu’est ce que vous en pensez ?. J’ai comme l’impression que nous avons assisté comme à Rome à une belle séance d’enfumage.

    Comments 28 commentaires »

    En ce moment même à Valencia se déroule une réunion en présence de nombreux architectes pour définir la future jauge du prochain Class America. Les photos de la réunion sont de Valencia Sailing.

    Valencia Sailing

    Avant d’avoir le détail de la réunion, voici au moins une première liste des participants. Est ce que vous pouvez m’aider à retrouver la liste. En commençant par la gauche avec les francophones:
    Mani Frers (Argentin)
    Daniel Andrieu (FR)
    Juan Kouyoumdjian (Franco Argentin)
    Bernard Nivelt (FR)
    Jason Ker (GBR)
    Marcelino Botin
    Harry Duning
    Patrick Shaughnessy ( Farr Yacht Design ) USA
    Saenz
    Pete Melvin (USA)
    Mike Drummond (NZL)
    En suivant vers la droite
    Valencia Sailing

    A coté de Mike Drummond. Il semble que se soit le coté du defender.
    John Reichel (USA)
    Russell Coutts (NZL) en retrait
    Vincent Lauriot Prévot (FR)
    Manolo Ruiz Elvira
    Ian Burns
    Hervé Devaux (FR)
    Bruce Nelson
    Giovanni Ceccarelli
    Andy Claugton ( TNZ )
    Rolf Vrolijk, Alinghi

    Merci de votre aide. Promis je vous donne des infos dès possible. Peut être des interviews mais je crains qu’il ne soit pas très causant… Si vous avez des questions n’hésitez pas.

    Comment pouvons nous avoir un multicoque avec si peu d’architecte de multi ?.

    Comments 5 commentaires »

    Voici les résultats de la quatrième journée de régates du Louis Vuitton Trophy à Auckland où s’affrontent sept équipes sur des Class America prêtés par Team New Zealand.

    1e course: Emirates Team New Zealand bat All4One, 00:26
    12 à 15 nœuds de vent. L’équipe locale, skippée et barrée par Dean Barker, s’offre une quatrième victoire, cette fois face aux Franco-Allemands d’All4One. Dans les dernières secondes avant le départ, le barreur français Sébastien Col pousse le bateau kiwi sur la ligne. Mais Barker envoie un virement et repart sur bâbord, forçant Col à virer et à suivre. All4One s’accroche et reste au contact pendant le premier bord. Rien à faire: ETNZ contrôle la droite du plan d’eau et maintient son avance. « La course était perdue dès le départ, lorsque nous avons essayé de les pousser alors qu’il était trop tard, » explique Jochen Schümann, skipper et tacticien d’All4One. « Ils n’ont pas cessé de nous contrôler. Ca avait parfois l’air bon pour nous, mais jamais assez pour les dépasser. »


    Seb Col revient sur le départ contre ETNZ
    envoyé par ALL4ONEChallenge. – Plus de vidéos de sport professionnelle et amateur.

    2e course: TEAMORIGIN bat Aleph, 02:11
    17 à 20 nœuds de vent. Bang! Collision en phase de pré-départ entre l’étrave de TEAMORIGIN et le tableau arrière d’Aleph, à bord de NZL84. C’est l’équipe française, menée par Bertrand Pacé, qui est pénalisée selon la règle 16 pour changement de route. Selon les arbitres, pendant le dial up, le barreur anglais Ben Ainslie est resté à distance d’Aleph et c’est le bateau français qui a provoqué la collision en tournant. Et, en plus de cette pénalité, un point a été retiré à Aleph pour collision. Au moment du départ, Pacé est sous le vent d’Ainslie. Puis TEAMORIGIN consolide son avantage et contrôle le reste de la manche dans un vent forcissant au dessus de 20 nœuds. Les Français restent malgré tout dans le match et font un dernier bord particulièrement réussi. A l’arrivée, ils reviennent à deux longueurs des Britanniques, mais doivent encore exécuter leur pénalité.

    3e course: Azzurra bat Artemis, abandon
    20 nœuds de vent. Artemis, barré par Terry Hutchinson et skippé par Paul Cayard, démarre bien ce match face à Azzurra. En phase de pré-départ, le bateau suédois force l’italien à descendre. Puis il vire et part lancé sur tribord, tandis que Francesco Bruni prend un bon départ, tribord amure, au milieu de la ligne. 44 secondes d’avance pour les Suédois à la bouée au vent. Mais cela ne va pas durer: au moment d’envoyer le spi, le tangon tombe à l’eau et casse contre les haubans au vent. Le spi dans l’eau, le bateau est stoppé et l’équipage abandonne. Hutchinson: “Le hale haut du tangon nous a filé entre les doigts. Le tangon est tombé et est parti à l’eau. Le bras est passé sous le bateau, le spi s’est pris dans le safran. C’est décevant mais nous allons débriefer et nous assurer que nous ne referons pas deux fois les mêmes erreurs. »

    4e course: Mascalzone Latino Audi Team bat Synergy, 00:19
    20 nœuds de vent. Après une pause nécessaire pour réparer, Karol Jablonski, barreur de Synergy, et Gavin Brady, barreur de ML Audi Team, sont prêts à la bagarre. Synergy rentre bâbord dans la zone de départ mais choisit de glisser sous les Italiens. Les manœuvres qui suivent sont contestées de part et d’autre mais les arbitres lèvent trois pavillons verts et Brady pousse Jablonski sur la ligne. Les Russes réussissent à s’échapper mais, au moment du premier croisement, les Italiens prennent la tête et la conservent. Malgré un affalage de spi bâclé par l’équipage de ML Audi Team, Synergy ne parvient pas à revenir.

    Classement provisoire après le Flight 4:
    1. Emirates Team New Zealand, 4-0, 4 pts
    2. Azzurra, 3-1, 3 pts
    =3. All4One, 2-2, 2 pts
    =3. Artemis, 2-2, 2 pts
    =3. Mascalzone Latino Audi Team, 2-2, 2 pts
    =3. TEAMORIGIN, 2-2, 2 pts
    7. ALEPH Sailing Team, 1-3, 0 pts *
    8. Synergy Russian Sailing Team, 0-4, 0 pts

    C’était sympa le tchat non ?. Les régates sont sympas mais malheureusement elles sont souvent joués sur le départ. Ca reste difficile de rester réveiller alors que le match est souvent joué après 5 minutes de course. Pour la 34ème Coupe de l’America il faudra réfléchir au sujet. Ce n’est pas le match race qui est en cause mais bien le peu de différentiel de vitesse sur les Class America. Qu’est ce que vous en pensez ?.

    Comments 5 commentaires »

    Une dose d’humour ce matin avec cette chanson du groupe cousumouche, deux suisses déjantés, qui sévissent sur youtube. Leurs victimes est aujourd’hui Ernesto Bertarelli.

    Ernesto Bertarelli était le Che Guevara des pontons, le Zidane des petits fours, le Cousteau du smoking. Hommage à ce grand corsaire au gros porte-feuille et à la femme voyante.

    [media id=156 width=540 height=320 ]

    TA VOILE EST MOLLE
    Quand tu navigues avec du fric
    Tu ne coules pas comme une brique
    Quand tu baignes dans les affaires
    Tu ne risques pas de manquer d’air

    Quand tu épouses un mannequin
    Un couplet et trois refrains
    Elle apprend à bouger les lèvres
    Tu mets en scène un corps de rêve

    Quand tu t’énerves que tu écumes
    Ton étrave fend la brume
    Que tu louvoies que tu empannes
    Tu ne tombes jamais en panne

    Et quand tu défies les ricains
    Ta belle aiguière à la main
    Fier comme un paon, fier comme un geai
    Tu es un coq assez coquet

    Oui mais voilà ta voile est molle
    Ta voile est molle
    Ta voile est molle
    Ta voile est molle

    Tu attendais un oracle
    Mais il était loin devant toi
    C’est le naufrage c’est la débâcle
    Sa voile était trop dure pour toi

    C’est marrant comment on peut tirer rapidement sur les perdants. Je trouve ça un peu excessif. Le defender a été moins bon que le challenger of record c’est vrai. C’est aussi vrai que c’est la première fois de l’histoire qu’un challenger gagne la Coupe de l’America dans un duel selon le deed of gift mais il n’en reste pas moins que je trouve qu’ils ont tenu leur rang sur l’eau. Les écarts paraissent important mais quand on enlève les pénalités, ils sont de moins de 10 minutes. Or 10 minutes sur un parcours de 3 heures ça me parait peu surtout par rapport à certain écart en Class America (en 2007) qui pouvait atteiindre 3 à 5 minutes sur des parcours plus petits et des voiliers beaucoup plus lent. Personnellement je ne dirais pas que Alinghi a démérité. L’adversaire était très fort comme le précise Loick Peyron (barreur de Alinghi) dans une interview à Voiles & Voiliers, « ils étaient meilleurs partout ». Je reviendrais dans la semaine sur ces matchs.

    Quoiqu’il en soit l’ex defender est à la peine. L’ambiance n’est pas bonne et les dernières rumeurs ne sont pas excellentes pour l’avenir de l’équipe. Ernesto, si il veut continuer va devoir faire le ménage chez lui et essayer de conserver les meilleurs. Une tâche qui n’est pas évidente. Pour l’instant Bertarelli reste le seul espoir de revoir une Coupe de l’America en Europe. Je ne pense pas que l’on puisse compter sur le Challenger of record italien, Mascalzone Latino, malgré les performances de 2007. Cette équipe a été dépouillé. Le clan italien est éparpillé chez BMW Oracle Racing et chez Azzura, la nouvelle équipe forte. Peut être faudra t’il compter sur ces derniers. Est ce que vous vous voyiez d’autres challengers en mesure de ramener l’ America’s Cup en Europe ?.

    Comments 44 commentaires »

    Je ne vais pas vous refaire une synthèse de la première manche de la Coupe de l’America, il y a de nombreux autres sites spécialisés. La victoire de BMW Oracle Racing est absolu. Il n’y a vraiment rien à redire et je suis particulièrement heureux pour mes amis dans cette équipe qui m’ont accueilli cette semaine. Ils vont peut être gagner la Coupe de l’America, c’est énorme. Bravo.

    Ce billet est très court. Désolé. Ça n’a rien à voir avec la victoire de l’équipe américaine, je pars au ski avec mes enfants. Demain pour la seconde régate, je suivrais les exploits des deux équipes via twitter sur les pistes enneigées. Je ne suis pas sur de remettre le chat en place sans pouvoir le gérer. Vous avez été très très nombreux à vouloir vous connecter mais l’outil est limité à 80 utilisateurs.

    En tout cas, sachez messieurs de la Coupe de l’America que je suis prêt pour la 34 America’s Cup à San Francisco ou ailleurs (avec ou sans blog).

    Bonne régate à tous.

    Comments 420 commentaires »

    Creative Commons License
    Blog Tribord Amure par Matthieu by Matthieu ROBERT est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 France.